Skateboard : et si on s’y mettait ?

Skateboard : et si on s’y mettait ?

Il y a des activités ou des sports qui nous font rêver. Le skateboard est le mien. J’ai toujours aimé regarder ces filles sur leur longboard, ces garçons rider. Il y a dans ce sport une forme de liberté qui m’attire avec cette impression que rien d’autre n’existe quand on glisse…
Enfant, je n’ai pourtant jamais pratiqué de sport de glisse que ce soit du patin à glace ou à roulettes (oui à mon époque on n’appelait pas ça rollers ^^). Je n’ai jamais skié non plus. Il faut avouer que mon sens de l’équilibre n’était pas au top et qu’avec mon surpoids j’étais plutôt gauche. Pourtant je rêvais de rider quand j’étais ado et j’enviais ceux qui faisaient du skate, sans jamais oser essayer.

Et me voilà aujourd’hui à 40 ans passés avec toujours cette envie en tête. Mes rêves de glisse n’ont pas disparu, bien au contraire. J’avais envie d’oser et de franchir le pas, sans avoir peur du ridicule.

Et puis un jour, je suis rentrée et là m’attendait un longboard. J’étais excitée comme une puce ! J’allais enfin pouvoir essayer. Mais bien sûr, l’excitation a très vite cédé la place à la peur : et si je n’y arrivais pas ? Et si je me ridiculisais, moi la mère de famille quadra ? Est-ce bien raisonnable de se mettre au skateboard à 40 ans ? Bref tout y est passé.

Et puis il a bien fallu se lancer. Sur un parking un dimanche après-midi, je suis montée pour la première fois de la vie sur une planche. C’était tellement incroyable ! Je glissais !!! Cela peut paraître totalement ridicule pour ceux qui rident régulièrement mais pour moi de réussir à tenir en équilibre sur ma planche relevait d’un exploit.Se mettre au skate

J’ai renouvelé quelques rares fois l’expérience car je craignais de me blesser. Et comme j’étais en pleine préparation marathon, je ne voulais prendre aucun risque.
Il y a eu une sortie sur Lyon où j’avais pris le skate. J’étais très loin d’être à l’aise et sûre de moi. À un moment, il y a eu un peu de vitesse et je me suis pris une jolie gamelle en tombant sur les fesses !

Avec le retour des beaux jours et l’absence d’échéance en course à pied, j’ai envie de ressortir mon skate. Je sais que le risque de chute est important aussi il faut absolument que j’achète des protections pour mes poignets et mes genoux. Mais j’ai terriblement envie de ressentir le plaisir de la glisse.Le longboard une activité à tester



1 thought on “Skateboard : et si on s’y mettait ?”

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.