Étiquette : Marathon

Guide pour le marathon de New York

Guide pour le marathon de New York

Après mon premier post sur le marathon de New York et sur comment y participer, vos demandes ayant été nombreuses, je vous ai préparé un petit guide pour tout savoir sur ce marathon. Vous êtes prêts? Alors Let’s go ! La légende du marathon de New […]

Comment participer au marathon de New York?

Comment participer au marathon de New York?

Il y a déjà quelques semaines j’ai eu l’immense chance de participer à un emblématique marathon. Comme je sais que cela est un rêve pour beaucoup d’entre vous, voici quelques infos pour savoir comment participer au marathon de New York. L’histoire du marathon de New York Cela […]

Marathon de Chicago Part 2/2 [COMPTE-RENDU]

Marathon de Chicago Part 2/2 [COMPTE-RENDU]

Après deux jours riches en visites dans Chicago, me voilà à l’orée de mon deuxième marathon.
Pour la première fois de ma vie de runneuse, j’ai dormi comme un bébé la veille (sûrement grâce à la mélatonine) et c’est parfaitement reposée et avec une belle énergie que je me réveille ce dimanche.
Il est 4h40 du matin, le jour se lève à peine et je suis déterminée à courir ces 42, 195km pour lesquels je me suis entraînée.
Une fois la tenue de running enfilée et par-dessus mes plus beaux atours pour l’attente, nous partons pour le départ situé à Millenium Park.
Chicago grouille de monde: 40 000 participants ça ne passe pas inaperçu! Pour renseigner tout ce monde, il y a partout des volontaires. Encore une fois l’organisation est au top.

Direction notre SAS: pour y accéder, il faut passer un premier contrôle puis un second avec vérification des sacs. Tout est sous contrôle parfaitement bien géré et l’ensemble ne prend que quelques minutes. Ensuite, il faut attendre le départ qui a lieu à 8h.Sas marathon de Chicago
La météo semble parfaite: légèrement fraîche et avec du soleil. Les heures suivantes confirmeront un temps superbe mais presque trop chaud (j’ai réussi à attraper des coups de soleil!).
Et puis c’est l’heure. Les bruits laissent place au silence: l’hymne américain retentit. C’est un moment magique et de profond respect. Les applaudissements fusent à la fin, les coureurs se sourient, s’encouragent. On y est! Petit à petit nous nous dirigeons vers la ligne de départ, portés par la voix du speaker. L’émotion est présente avec un peu de stress mais je suis confiante: je suis bien préparée et n’ai aucun souci d’ordre médical.marathon de chicago
8h21 lance le début de ce marathon. Comment vous décrire dans quel état je me trouve? Je suis heureuse, excitée, motivée et déterminée.
Dès les premiers mètres, je sais que l’ambiance va être folle durant tout le parcours: la ville entière participe à cet événement et nos premières foulées se font sous les encouragements des supporters chicagoans.
Le parcours du marathon est magnifique au milieu des buildings et dans de belles avenues: j’ai les yeux écarquillés comme une enfant. Pour le reste, je suis le rythme fixé en amont et essaie de ne pas trop m’éloigner de la ligne bleue.
Les 10 premiers kilomètres passent sans que je les sente, portée par la ferveur populaire. Et puis, une pause s’impose: ma vessie la réclame! Comme il est hors de questions aux US de « faire pipi » ailleurs que dans les toilettes réservées à cet effet, nous faisons la queue et perdons de précieuses minutes mais surtout notre rythme. Est-ce là que la course s’est en partie jouée? Peut-être. Nous ne le saurons jamais vraiment.

On atteint le semi-marathon et c’est là que les ennuis commencent: je ressens des crampes intestinales. Au début, je ne dis rien et serre les dents. Mais il me faut bien avouer au Captain au bout d’un moment que j’ai mal. Je tiens bon cependant et continue de maintenir l’allure même si j’ai en tête (et l’aurai jusqu’au bout!) l’image de Yoann Diniz lors des derniers JO…
Au 24ème kilomètre, en plus des douleurs intestinales qui s’intensifient, c’est mon genou droit qui m’alerte… Je grimace de plus en plus, j’ai mal or il reste encore 18km!
Je ne lâche rien et continue malgré tout à avancer en essayant de garder l’allure mais forcément elle-ci ralentit. La douleur s’intensifie, les larmes me montent aux yeux. A ce moment-là je me tourne vers le Captain et lui dis d’y aller, de continuer sans moi car je souffre trop. Je ne veux pas être son boulet… Mais il refuse catégoriquement: ce marathon on le finira ensemble coûte que coûte et peu importe le temps.
Niveau ambiance, c’est toujours la folie avec des supporters incroyables. Chaque quartier rivalise pour être celui qui fera le plus de bruit, aura la meilleure ambiance. Ca danse, ça chante et j’avoue que cela donne un sacré de boost!
Petit à petit on arrive au 38ème kilomètre. Entre alternance de marche et de course sur une jambe puisque le genou a décidé de ne plus supporter le mouvement de course à pied. Il reste 4 kilomètres, 4 petits kilomètres qui se feront portés par les spectateurs et par la seule volonté de franchir la ligne d’arrivée et d’aller chercher la médaille!

Et puis les derniers 800 mètres. Un virage. Une (petite) montée. Les acclamations de la foule. Et au loin la ligne d’arrivée. Ce qui se passe à ce moment-là est indescriptible…
Les larmes coulent sur mon visage.
Quelques mètres encore. Je pleure de plus belle. Je ne ressens plus aucune douleur et me surprends à sprinter.
La ligne enfin…
Je suis de nouveau marathonienne.

Je tombe dans les bras de mon Captain, je laisse éclater ma joie et mes larmes.
Et puis là, je la vois cette médaille. Pour certains ce n’est pas grand-chose, pour moi c’est le symbole de ce que j’ai fait et de tout ce qui s’est passé durant ce marathon. Je sais que quand je la regarderai toutes les émotions ressenties resurgiront.
Les bénévoles sont présents pour nous la remettre et il y a ce moment magique entre une bénévole et moi. Cet échange de regards qui fait qu’on s’est mutuellement choisies pour la remise de la médaille: ce sera elle qui me la mettra autour du cou. Je m’approche, je sens l’émotion monter de plus en plus et au moment où elle me félicite je tombe dans ses bras en larmes. C’était un joli moment qui restera gravé dans mes souvenirs: elle très émue et moi qui pleure…
Parce que c’est aussi ça un marathon.marathonienne chicago

Pour le reste, le chrono a été bien en deçà de ce que je pensais réaliser mais j’ai vécu un moment incroyable, bercée, portée, supportée par une foule en liesse durant tout le marathon! J’ai partagé un moment rare avec l’homme que j’aime, je suis passée par toutes les émotions possibles.
Le marathon reste une épreuve magique, et ce quoi qu’il s’y passe durant les 42, 195 km ;)Marathon de Chicago

Marathon de Chicago Part 1/2 [COMPTE-RENDU]

Marathon de Chicago Part 1/2 [COMPTE-RENDU]

Raconter une telle expérience est toujours un exercice difficile. Comment réussir à retranscrire toutes les émotions ressenties lors d’une épreuve comme le marathon? Le marathon de Chicago est mon deuxième marathon dans ma courte vie de runneuse, un peu plus de 17 mois après celui […]

Mes 5 courses européennes coup de coeur

Quand je discute de mon humble expérience de runneuse, il y’a souvent une question qui revient: quelle course as-tu préféré? Laquelle conseilles-tu de faire? Pas facile de ne citer qu’une course… Et puis chaque course est vécue différemment par chacun. Mais j’ai quand même décidé […]